Être francophone au Japon, une bonne expérience ?

Au café, nous voyons défiler tout au long de l’année de nombreuses personnes de toutes les origines. Chacun apporte tour à tour une pierre à cet édifice qu’est le Mickey House Cafe, pour le meilleur et pour le pire, mais surtout pour le meilleur.

Dans cet article nous vous proposons de rencontrer Andréanne, une des francophones que nous avons connu chez Mickey House. Elle continue son voyage et quitte le Japon en fin avril et elle a accepté de nous faire connaître son expérience au Japon.

(Ci-dessous, Discussion entre Andréanne, A, et Pierrick, P)

P : Bonjour à tous! Aujourd’hui je suis avec Andréanne, bonjour !

A : Bonjour !

P : Andréanne qui a travaillé au café depuis… un mois maintenant ?

A : Oui ! Un mois, environ trois semaines.

P : Trois semaines, c’est déjà pas mal ! Est-ce que tu voudrais bien te présenter Andréanne, s.t.p. ?

A : Ok, donc je suis Andréanne, je viens du Canada, de la province de Québec, ville de Québec et… J’ai 21 ans… ?

P : Très bien, est-ce que je peux te demander tout simplement : pourquoi le Japon ?

A : Pourquoi le Japon ? Parce-que… J’ai toujours été un peu attirée par el Japon, j’ai lu des mangas quand j’étais je et… Je pense que la culture est très intéressante aussi. J’étais très curieuse par rapport aux gens, les japonais, j’avais envie d’apprendre un peu le japonais aussi, et… Je ne sais pas, le Japon est un pays très loin du Canada aussi donc c’était une sorte de défi donc voila, j’avais envie d’y aller.

P : D’accord parce-qu’il me semble que tu voyages un peu en Asie aussi autour du Japon ?

A : Oui c’est un voyage de trois mois au total, je serai restée un mois et demi au Japon et ensuite un mois et demi en Corée du Sud.

P : Je vois. Je voulais te demander si tu pouvais nous parler un peu de comment est-ce que tu as trouvé le Mickey House Cafe et pourquoi est-ce tu es venue ici ?

A : Ok, donc premièrement j’ai trouvé le café sur le site Work Away, c’est un site où on peut trouver du travail, des jobs à l’étranger, souvent en échange du logement et parfois de la nourriture, et donc le café, j’ai vraiment adoré… en fait j’adore le concept. On vient ici, on parle à beaucoup de gens, on les aide à apprendre l’anglais ou le français… Plus le français dans mon cas et… Oui, j’adore mon expérience jusqu’à présent.

P : Et oui c’est vrais que tu es en charge du cours de français débutant, on te voit souvent au tableau blanc en train de préparer des questions… Comment ça s’est passé dans l’ensemble ces séances ?

A : En fait moi avant le Mickey House j’avais jamais eu aucune expérience d’enseignement on peut dire, donc pour moi c’était tout nouveau, j’ai beaucoup improvisé, et je me suis beaucoup adapté aux « étudiants », aux gens qui venaient… En fait c’est facile, on leur apprend surtout la grammaire de base et on leur pose des questions. C’est venu naturellement je pense.

P : Après c’est sûr que souvent on voit les gens venir pour apprendre plus de la culture que véritablement une langue…

A : Oui souvent.

P : Après on voit plus ça au niveau des tables de conversation, mais est-ce que ça se ressent autant aux tables de cours ?

A : Oui, les gens sont très curieux… Premièrement parce-que j’ai l’air japonaise ! Alors ils me demandent pourquoi je ne parle pas japonais, donc je dois leur expliquer mon background et là ils commencent à s’intéresser au Canada et à me pose des questions sur la culture, sur comment est le Canada…

P : D’accord… Du coup tu vas nous quitter en fin de semaine, mais depuis ces quelques semaines déjà, est-ce que tu voudrais bien nous faire un petit retour sur ton expérience du Japon jusqu’ici ?

A : Oh une espèce de retro-action…  Jusqu’ici je pensais avoir un gros choc culturel en arrivant au Japon mais en vérité pas vraiment… La seule chose qui m’embête un peu c’est la langue parce-que je ne parle pas beaucoup japonais, mais les transports en communs marchent très bien, c’est facile de circuler dans la ville, les japonais sont des gens très courtois et gentils, et jusque là mon activité préférée a été de visiter le parc de Shinjuku Gyoen, Parce-qu’on y est allé à la période des Sakura (cerisiers en fleur) et le temps était vraiment agréable…

P : Tu veux dire que tu as préféré ça au pic-nic que nous avons fait avec tout le merveilleux staff ?!

A : Ah c’était égal ! Fifty-fifty !

P : Bon ça me vexe un peu mais je ne t’en voudrais pas va !

A : Ah ouf !

P : Sinon est-que tu as eu d’autres coups de cœur niveau activités ici ?

A : Une activité… En fait je ne sais pas si on peut bien considérer ça comme une activité, mais j’adore faire des balades dans la ville. Donc pendant deux heures je marche, je ne sais pas trop où je vais c’est juste de l’exploration… Ça me permet d’observer les gens, de découvrir la vie, vraiment j’aime bien ça.

P : Est-ce qu’il y a alors un endroit où tu as préféré te balader ?

A : Oui ! Il y a beaucoup de petites ruelles autour de la Mejiro Station, puis i a beaucoup de petites familles, beaucoup de petits parcs, c’est vraiment sympa.

P : Très bien… Autre chose, on sait qu’après être partie du café tu vas encore rester quelques temps au Japon, est-ce que tu peux nous parler de ce que tu  comptes aller visiter ?

A : En fait je vais rester environ une semaine à Osaka, puis je n’aime pas trop tout organiser, je préfère me rendre  place et prendre des décisions spontanées, prendre une carte, regarder ce qu’il y a autour de mon auberge et aller explorer… même chose pour Kyoto. J’y reste un peu moins d’une semaine mais je vais sensiblement aller faire la même chose.

P : Parfait. Dans ce cas est-ce que tu aurais quelques conseils à donner à quelques francophones qui voudraient voyager au Japon ? Des astuces ou des difficultés qu’ils pourraient rencontrer ?

A : Des conseils… C’est une bonne question. Déjà apprendre un peu els Hiraganas et Kakanas avant de venir, parce-qu’on peut toujours se débrouiller un peu même s’il y a beaucoup de Kanjis… Apprendre des phrases de base comme « bonjour », « merci », « non je ne veux pas de sac plastique », « est-ce que je peux avoir des couverts avec ça »… puis de parler anglais si possible, et surtout de ne pas avoir peur de sortir de sa zone de confort, d’explorer, de faire des choses qu’on a pas l’habitude de faire à la maison, parce-qu’on est en voyage et qu’il faut expérimenter des choses nouvelles…

P : Je vois…

A : Et de venir au café ! Parce-que c’est le meilleur endroit pour rencontrer des locaux et d’autres voyageurs !

P : On vous promet qu’il n’y a pas de couteaux sous sa gorge pour qu’elle dise tout ça !

A : Non, non, je le pense vraiment !

P : Du coup une dernière question, est-ce que tu reviendrais au Japon si tu en avais l’occasion ?

A : Absolument. 100%.

P : Et tu reviendrais au café ?

A : Oui ! C’est sûr je reviendrais voir les employés, Yuta, tout le monde ! Et si possible revenir travailler un peu…

P : Travailler, pour de vrais ?

A : Au café oui, ou sinon avec un visa Working –holiday pour un an, on ne sait jamais !

P : Donc même de la plonge, tu irais… ?

A : Même de la plonge pourquoi pas, si ça permet de rester au Japon !

P : Voila au moins une réponse claire ! Merci beaucoup Andréanne, d’avoir donné de ton temps pour cette petite interview !

A : Merci !

Et vous, francophones au Japon, que retirez-vous de votre séjour dans ce pays, quelles ont été vos expériences ? Quelles seraient les conseils et astuces que vous pourriez donner à d’autres francophones ?

コメントを残す

メールアドレスが公開されることはありません。 * が付いている欄は必須項目です